XTIAN , chaussons d'intérieur femme Weiß Feuilleter Jeu Explorer Jeu 2017 Vente France

B01MZIC6V0

XTIAN , chaussons d'intérieur femme Weiß

XTIAN , chaussons d'intérieur femme Weiß
  • Dessus: Autres Cuir
  • Doublure: Textile
  • Matériau de semelle: Caoutchouc
  • Type de talons: Plat
  • Semelle: Niedrig
  • Fermeture: A enfiler
XTIAN , chaussons d'intérieur femme Weiß XTIAN , chaussons d'intérieur femme Weiß XTIAN , chaussons d'intérieur femme Weiß XTIAN , chaussons d'intérieur femme Weiß

On ne peut pas être partout…

On ne peut pas être partout…Et c’est bien dommage… Le 15 février 2010 était destinée à être une date décidément faste pour moi.

Il était prévu que j’accouche ce jour-là et ne venez pas me dire que la date de terme n’est qu’ une indication parce que moi , j’accouche à la date prévue par la roulette magique, Kouign Amann en est la preuve vivante.

Toc.

Il était également prévu que je Matte européenne cuir Pointu faible talon sandales femme en peluche Décoration , pink , 41
jurée titulaire à la Cour d’Assises pour deux semaines.

Hier matin, je suis donc partie au petit jour, abandonnant Fleur de Sel aux bons soins de Mamily avec un stock de lait au frigo, en serrant les fesses et en me persuadant que «non, ils ne vont pas me garder, ils ne peuvent pas me garder» ;, soit dans le même état qu’avant d’être hospitalisée pour la première fois à l’Hôpital des Clefs.

Autant vous le dire, je ne faisais pas ma maligne, surtout que le bus allait tellement lentement que j’avais l’impression d’aller en marche arrière.

Et arriver en retard à un truc où on risque 3750 euros d’amende pour non présentation, ça me fait légèrement péter les plombs.

Bref , j’y suis allée comme une gosse qui n’ a pas envie de partir en colonie et qui doit quand même monter dans le bus .

Résultats, après 2h30 d’appel et de discussions, je suis repartie dispensée mais aussi super frustrée de passer à côté de cette expérience.

Etre jurée, faire partie intégrante de la justice de son pays tout en découvrant son fonctionnement, se plonger au coeur d’une affaire afin de forger son intime conviction, c’est certes une énorme pression mais c’est totalement passionnant.

Mais bon, je ne peux pas être partout et ma place pour le moment , c’est auprès de ma Fleur de Sel.

De jour comme de nuit.

Surtout de nuit en ce moment .

Parce que la nuit, tout le monde sait que c’est le moment d’avoir la patate ou d’avoir mal au ventre, non ? Je ne peux pas lui en vouloir, elle est «née» seulement hier.

En âge corrigé elle a tout juste un jour ma poupée.

Au fait, bonne année du Tigre.

PS : oui, je vous le promets, un jour, les photos seront de nouveau d’actualité sur ce blog.

PS 2 : j’ai du mal à écrire franco-français et à réfléchir pour écrire un truc un peu cohérent.

Encoe plus que d’habitude (j’entends d’ici les mauvaises langues).

Le manque de sommeil ? L’allaitement ? Les deux mon général ! PS 3 : demain, rendez-vous avec les «J’aime – J’aime pas» parce que moi j’aime ça.

Mes Pin&rsquo

Mes Pin’s en décembreKouign Amann– cherche l’inspiration pour son deuxième livre.

– pense que le manteau est optionnel.

D’ailleurs, il perd son manteau tous les jours ou presque.

Sinon, il perd ses sweats.

– veut être archéologue.

La premier fois qu’il me l’a dit, il a prononcé «arché» et pas «arké».

On a rit comme des baleines quand j’ai imité un archer qui bande son arc en lui répétant archer-ologue ?– m’a félicitée : « bravo maman , tu cries beaucoup moins depuis la rentrée» (de septembre).

Et c&rsquo ;est vrai, je crie moins.

– est accro à la gym.

La génétique bon sang, la génétique.

– a regardé son premier Star Wars et a adoré (mais voulait remettre la lumière quand il y avait Dark Maul – oui, on regarde du 1 au 6 et c&rsquo ;est une première pour moi aussi ! )– fait le salto depuis le plongeoir à la piscine.

Fleur de Sel– a perdu sa première dent qui bougeait depuis genre 2 mois.

– est pénible.

Est adorable.

Est pénible.

Est adorable.

Mais bien moins volcanique que ces derniers mois.

– porte désormais un petit carré qui lui va No Name Eden Street, Baskets Basses Femme Noir Black
bien.

– a regardé son premier Star Wars et a adoré.

– a beaucoup progressé en gym.

– nage sans gilet.

– veut une fête d’anniversaire Cobaye pour ses 6 ans.

– écrit plein de choses dans son journal intime.

– vaut aussi être archéologue du coup : «pour chercher des os dans le sable».

Petite Gavotte– a les cheveux longs jusqu’au fesses quand on lui lave les cheveux.

– aime l’école et y va désormais avec bonheur.

– me fait coucou par la fenêtre quand je quitte l’ école et cette image me donne le sourire pour la journée .

– monte seule sur les chaises hautes de la cuisine et ça, c&rsquo ;est l’indépendance.

Sauf qu’elle ne sait pas encore en descendre.

– inverse presque systématiquement ses chaussures.

– ne fait plus la comédie aux repas.

Ne fait presque plus d’excès d’autorité d’ailleurs.

– chante la vie de ses poupées qu’elle emmène «au bal, au bal masqué ohé ohé» (spéciale dédicace à toi).

– veut faire de la gym (la génétique, bon sang).

Deux de ces trois merveilleux enfants, dans leur grande bonté, on accepté d’héberger quelques parasites bien relous et, chers amis , nous voilà pour la première fois de l’histoire de notre famille avec des poux (bordel).

Le peigne fin est en surchauffe et moi aussi.

Doux week-end à vous !PS : la photo ? La tradition provençale de la Sainte-Barbe à laquelle Camille m’a invitée à participer !PS 2 : sur Wonderful Breizh, avec Céline on vous propose des astuces pour ne pas déprimer durant les travaux et des idées de balades en cette saison.

Lucky GirlJ’aurais également pu intituler ce billet « chance et gratitude »

Lucky GirlJ’aurais également pu intituler ce billet « chance et gratitude ».

Dans un peu moins d’une heure, je monterai dans le train qui me raccompagne vers les miens après 3 journées parisiennes intenses.

Je prends ces quelques minutes volées à mon emploi du temps pour me poser dans un café histoire de venir consigner ici ces journées de décembre incroyables tout en regardant les passants .

Je prends le temps de respirer en sirotant mon verre et, la fatigue aidant, je crois que je pourrais pleurer comme une fontaine (Wallace, on est à Paris les gars) tellement je me sens chanceuse.

Lucky girl.

Je vis des choses incroyables, j’ai des missions de boulot passionnantes, Adidas Duramo 77 h Chaussures running Noir
, je suis heureuse, tout le monde est en bonne santé, mon mari est super imparfait mais nous sommes imparfaits à l’unisson, j’aime l’endroit où je vis plus qu’aucun autre sur terre, nous avons de jolis projets et encore mille petites choses qui me font dire avec conviction : je suis chanceuse, merci la vie.

Je le sais profondément en moi mais c’est bien de le dire aussi à haute voix : je suis chanceuse.

Je me sens chanceuse.

Et j’en suis reconnaissante.

Ça n’a pas toujours été ainsi.

Pendant de longues années, je n’osais pas dire que tout allait bien et que j’avais de la chance de faire ou de vivre telle ou telle chose géniale parce que j’avais peur que ça me porte la poisse.

Vous voyez le genre ? « Ah non, ne dis pas que ton bébé dort parce que tu vas te porter l’œil ».

Et vous savez quoi ? La poisse, il y a bien longtemps, je lui ai dit d’aller se faire cuire le cul (dédicace à ma Bretonne de Toulouse).

Tout simplement.

Et avec elle, j’ai envoyé la peur et l’embarrassement d’être « juste » moi-même au diable.

Je suis moi, Marjolaine.

Pas plus belle ou pas plus moche qu’une autre, avec mes rondeurs, avec mes gaffes, avec mon sourire et mon rire trop fort.

Avec mon oeil en vrac et mon côté direct trop direct.

Avec mes ambivalences, avec mes doutes, avec mes contradictions et mes convictions.

Avec tout l’amour que j’impose parfois et tout ce qui découle de ça.

Je suis juste moi et ça me convient.

Alors maintenant, je n’ai pas honte de dire que je suis chanceuse parce que je n’ai rien volé à personne.

Parce que j’ai bossé pour réaliser certains rêves, parce que j’ai la conscience aigüe que prêter trop attention au jugement des autres, c’est s’amputer du bonheur qui est à portée de main.

Je suis persuadée intimement qu’accueillir cette chance et la reconnaître, l’assumer, c’est l’honorer et lui donner la chance de perdurer.

C’est aussi permettre aux trucs plus obscurs de prendre moins le pas sur le quotidien.

Pas facile en France d’assumer que l’on est bien lotie, il vaut mieux avoir vécu des choses difficiles ou avoir mangé son « pain noir » comme on dit pour avoir un bonheur recevable.

Et puis dire que l’on a de la chance, c’est forcément impliquer que les autres en ont moins.

Non ? Eh bien non, vraiment non.

Parce que se nourrir des belles choses qui arrivent aux autres, ça rend aussi sacrément heureux, mais je vous en ai déjà parlé je crois.

Au milieu de tout ce bazar que je vous raconte, j’ai surtout envie de vous dire que votre bonheur, il n’a pas à être caché.

Vos petites joies ont besoin d’être accueillies (tout comme les grands malheurs, parfois mais c’est un autre sujet et si je continue dans ce sens, on va me retrouver à bloguer dans un ashram en gilet de peau de chèvre #marjoliehippie).

Affirmer son bonheur, ça n’est pas écraser les autres, c’est aussi leur dire qu’on est là et qu’on peut être disponible pour eux lors des moments moins chanceux pour eux.

C’est les voir se resserrer autour de vous quand le vent tourne.

Parce que même si on se sent chanceux, shit happens.

J’ai envie de vous dire qu’il ne faut pas avoir peur que la part de soleil que vous prenez fasse de l’ombre aux autres parce que, pour ceux qui vous aiment de tout leur cœur, vous en êtes le miroir.

Alors moi j’aimerais bien que vous partagiez ici votre lumière et que vous me disiez ce qui vous fait vous sentir chanceux/chanceuse au moment où vous lisez ces quelques mots.

Ou vraiment vous n’y arrivez pas, déposez ici vos nuages , parce que là, je suis disponible pour vous.

Mille baisers parisiens.

PS : et si je suis dans le train quand je vous lis, je vous réponds au plus vite, promis.

Ce que je n&rsquo

Ce que je n’ ai pas pu vous dire avant (2)Premier épisode ICI .

Ah, j’avais oublié de vous dire la semaine dernière… Au retour de Cannes, j’ai vécu la pire gueule de bois de ma vie.

Quatre jours à boire tous les jours, à se coucher tard, à se lever tôt, pourtant, ça m’était déjà arrivé.

Mais là, de retour à Banlieue-sur-Marne, tout était difficile : se lever, manger, aller se promener… Et ça a duré 10 semaines.

Belle gueule de bois, pas vrai ? Vous vous en doutez, elle s’appelait Amadeus ma gueule de bois.

Visite chez la gynéco, Docteur Z, ouais, comme Zorro.

Docteur Z est souriante mais autoritaire, avec elle, faut obéir mais elle est pointilleuse, attentive et elle me suit depuis ma première grossesse.

Quand je lui dis que je fais de l’hypoglycémie tous les jours à 11h, elle ma concocte un petit déj’ « ;moins sucré» avec « ;une boisson chaude, des Spécial K, du lait écrémé, un fromage blanc zéro %, un jus de fruit et une tartine de pain complet avec un peu beurre et de confiture».

Et là, malgré tout le respect que j’ai pour le Docteur Z, c’est niet.

Je ne lui dis pas en face, hein, je suis pas folle, j’ai pas envie de me faire engueuler mais soyons claires, jamais au grand jamais je n’ai mangé de fromage blanc zéro % ou de lait écrémé et là, je suis enceinte, pas au régime ! J’ai donc juste suivi le conseil de manger moins sucré le matin et ça m’a réussi.

Ouf.

Je n’imagine même pas la soufflante que je vais me prendre si je fais du diabète gestationnel ! Parce que oui, je vais chez le Docteur Z en cabinet mais elle s’occupe aussi de moi à l’Hôpital des Clefs.

D’ailleurs, la semaine dernière, elle m’a trouvée « ;en super forme, Madame Marjoliemaman».

Contrairement à la grossesse de Kouign Amann où j’ai pris du ventre deux heures après avoir lu le résultat du test pipi, mon petit locataire s’est fait discret en début de grossesse… Pourtant, au bout d’un moment, il fallait se rendre à l’évidence, je me levais le matin le ventre presque plat (quand je dit « ;plat», on se comprend, pas vrai ?) et je me couchais le soir avec un vrai ventre de femme enceinte.

Mon ventre « ;poussait» au fil de la journée… Analyse de Mamily : « ;la journée, tu n’as pas le temps d’être enceinte, ton ventre sort une fois que tu as couché Kouign Amann parce que tu es disponible à ce moment là».

Elle avait carrément raison Mamily, mais j’ajoute cette nuance : je n’avais pas le temps de me regarder être enceinte… Depuis, je le prends, le temps.

Le ventre est là maintenant mais si je prends le RER, il n’ Main en cuir FlipFlops Angleterre hommes Plage 1
;au même terme il y a deux ans, les gens pensaient que j’en étais à 7 mois… Bref, je gonfle mais doucement.

Sûrement parce que je me suis calmée sur les éclairs au café ! Pour terminer, deux anecdotes de la crèche… Sachant depuis quelques jours la bonne nouvelle, Roberta et ses copines ont fait des plans pour nous (et pour elles) qu’elles ont partagés avec MMM : « ;bon, le deuxième, on ne l’aura pas dans notre groupe mais vous enchaînez avec le troisième dans la foulée, un an d’écart, c’est bien comme ça, on l’aura pour sa rentrée en crèche quand Kouign Amann partira».

Mais bien sûr.

Et l’autre soir, en venant récupérer mon Kouign Amann, Roberta me dit « ;si le deuxième est comme celui-là…», je la regarde qui regarde mon fils, elle a l’air toute émue et je dis « ;on aura de la chance ?».

Elle me répond « ;Oh oui, vous aurez de la chance !».

J’entre dans une nouvelle communauté « ;En attendant bébé», ben ouais, c’est à l’ ordre du jour ! .

LES INDISPENSABLES
VOS ÉMISSIONS RÉGIONALES